mes films documentaires

Sale temps
sur la planète

2 films de 52 minutes :
1/ les réfugiés du climat
2/ la foire aux climats
1999, diffusion France 2

Auteurs : Patrick Benquet,
Philippe Dutilleul
Réalisation : Patrick Benquet
Montage : Liliane Lifchitz
Production : Zeaux Productions
(Léon Desclozeaux), RTBF

Grand prix de l'environnement aux premières Rencontres Thématiques Audiovisuelles Européennes de Narbonne 1999
Prix du festival du film environnemental de St Petersbourg 2001.
1) Les réfugiés du climat : 52'
Partout depuis un siècle le nombre d'habitants vivant près des côtes s'est considérablement accru. C'est souvent là que les terres sont les plus fertiles et les métropoles les plus actives. Or, le réchauffement de la planète, dû à l'augmentation de l'effet de serre, entraîne une expansion thermique de la masse d'eau qui recouvre 4/5 de la Terre. Les scientifiques prévoient une élévation du niveau des océans de 30 cm à un mètre et une augmentation du nombre et de la violence des cyclones.

Deux enquêtes illustrent la disparité d'un pays à l'autre. Aux Pays-Bas, terre des polders, on est financièrement et techniquement prêt. Au Bangladesh, les méthodes pour lutter contre la montée des eaux sont dérisoires et les deux ingénieurs dépêchés en Hollande découvrent des techniques qui ne sont pas à leur portée. Au bord du Golfe du Bengale, à chaque grande marée, des dizaines de milliers d'hectares de territoire et des villages entiers passent déjà régulièrement sous l'eau.

2) La foire aux climats : 52'
Kyoto, Japon, décembre 1997 : chronique au quotidien de la première conférence internationale sur le réchauffement de la planète. Le film suit douze personnages en quête de solutions dans un huis clos tragi-comique où s'affrontent d'énormes intérêts économiques, politiques et idéologiques. Quels sont les vrais enjeux ? Qui a le pouvoir de prendre les décisions ? Si la communauté internationale a accepté le principe d'une réduction obligatoire des émissions de gaz, la mise en application de cette décision historique reste laborieuse.
Haut de page